• Wahouu ! J’y crois pas ! (1)

    Hier je suis allé passer l’après midi dans un sauna gay que je fréquente régulièrement.

    A mon arrivée un petit tour pour prendre l’ambiance du jour. Je ne suis pas fan de sauna ; je passe sans m’arrêter.

    Wahouu ! J’y crois pas ! (1)

    Une halte dans le hammam où j’étais seul. Dommage !

    Wahouu ! J’y crois pas ! (1)

    Puis direction le jacuzzi.

    Wahouu ! J’y crois pas ! (1)

    Deux mecs trempaient déjà.

    J’explore délicatement une jambe, pas de réaction, je progresse et atteins une queue déjà gonflée que je caresse. Le mec laisse faire mais ne vient pas vers moi, puis d’un seul coup il change de place et s’installe à l’autre bout du bassin.  Message reçu.

    Wahouu ! J’y crois pas ! (1)

    D’autre gars sont arrivés entre temps.

    Dont un jeune métis, très beau. Il est trop loin et d’autres corps nous séparent. De toute façon étant donné mon physique (je ne suis plus un apollon) je n’ai aucune chance. Je ne peux m’empêcher de le mater.

    Les mecs qui l’entourent ne se privent pas de le draguer. Apparemment il les décourage.

    Wahouu ! J’y crois pas ! (1)

    Certains quittent le jacuzzi d’autres arrivent. Je profite de ces vas et viens pour me mettre près de lui.

    Wahouu ! J’y crois pas ! (1)

    J’hésite un court instant mais sa jambe vient se coller à la mienne.

    Wahouu ! J’y crois pas !

    Mes mains vont à sa rencontre. Immédiatement il me rend mes caresses. Sa queue est  dressé, pas très grosse, mais bien dure.

    Il découvre mon sexe flaccide. Je lui prends la main et lui montre le chemin de ma caverne. Il comprend.

    Nous nous pelletons encore un peu.

    Wahouu ! J’y crois pas ! (1)  Wahouu ! J’y crois pas ! (1)

    Au détour d’un baisé il ne propose de rejoindre une cabine.

    Wahouu ! j’y crois pas !

    Les préliminaires furent vite expédiés. Il y avait urgence. En levrette il se vide dans mon antre.

    Wahouu ! J’y crois pas ! (1)

    Pas vraiment le temps de prendre du plaisir, mais ça fait du bien quand même. Il ne se sauve pas tout de suite (comme cela se passe généralement) nous restons enlacés.

    Wahouu ! J’y crois pas ! (1)

    Remis de mes émotions, je me décroche de son beau corps.

    Je me dirige vers la douche. Là il me rejoint et entreprend de me frotter avec le gel douche.

    Wahouu ! J’y crois pas !

    Je fais de même. À nouveau des bisous. Il doit être comme moi en manque de câlins.

    Wahouu ! J’y crois pas ! (1)

    Il me propose de retourner dans le jacuzzi.

    Wahouu ! J’y crois pas ! (1)

    Tout de suite il vient se blottir contre moi. Nos caresses sous marines reprennent. Au bout de quelques minutes je constate qu’il est à nouveau en pleine forme. Je calme un peu le jeu en me faisant plus câlin.

    Wahouu ! J’y crois pas ! (1)

    Il accepte et répond à mes bisous dans le cou, sur les joues, puis bouche à bouche.

    Nous sommes tout les deux tendrement enlacés dans l’eau bouillonnante,

    Wahouu ! J’y crois pas ! (1)

    complètement étranger aux autres mecs qui ont compris et ne tentent rien.

    Wahouu ! J’y crois pas ! (1)

    N’y tenant plus et motivé par son joujou, c’est moi qui l’invite à rejoindre une cabine. Son sourire me dit qu’il est d’accord.

    Wahouu ! J’y crois pas !

    A suivre ...

    000329.

     

    Wahouu ! J’y crois pas ! (2)

    Wahouu ! J’y crois pas ! (3)

     

    aucun commentaire
  • N’y tenant plus et motivé par son joujou, c’est moi qui l’invite à rejoindre une cabine. Son sourire me dit qu’il est d’accord.

    Wahouu ! J’y crois pas !

    En le suivant j’admire son corps de rêve.

    Wahouu ! J’y crois pas !

    Wahouu ! J’y crois pas ! (2)

    Debout, nous continuons de nous enlacer, nous caresser, nous peloter.

    Wahouu ! J’y crois pas ! (2)

    Nous tombons finalement sur le matelas. Là les caresses sont plus érotiques. Corps à corps, peau à peau nos bouches explorent nos corps respectifs.

    Wahouu ! J’y crois pas ! (2)  Wahouu ! J’y crois pas ! (2)

    Wahouu ! J’y crois pas ! (2)

    Je le fais gémir dans un long anulingus, sa queue de plus en plus tendue dans ma main.

    Wahouu ! J’y crois pas ! (2)

    Sans savoir comment, nous nous retrouvons en 69, mais çà ne dure pas longtemps.

    Wahouu ! J’y crois pas ! (2)

    Délicatement il me place en levrette devant lui. Je l'attire ... Je m’offre ...

    Wahouu ! J’y crois pas ! (2)

    Son vit trouve naturellement son chemin dans mon cul. Ses vas et viens mettent le feu à mon ventre.

    Wahouu ! J’y crois pas ! (2)  Wahouu ! J’y crois pas ! (2)

    Wahouu ! J’y crois pas ! (2)

    J’ai envie de sa peau contre la mienne. Je le repousse tendrement et me place sur le dos, grand ouvert, jambes relevées bien écartées.

    Wahouu ! J’y crois pas ! (2)

    Il me pénètre longuement, profondément, me remplit de son membre viril.

    Wahouu ! J’y crois pas ! (2)

    Nos bouches se rejoignent. Je me donne complètement.

    Wahouu ! J’y crois pas ! (2)  Wahouu ! J’y crois pas ! (2)

    À chaque poussée son bâton excite mon point P.

    Il commence à râler de plaisir. Je gémis sous ses assauts. Je suis sur une autre planète.

    Wahouu ! J’y crois pas ! (2) 

    Un formidable orgasme intérieur me submerge.

    Wahouu ! J’y crois pas ! (2)

    Dans une dernière poussée il s’immobilise au fond de ma caverne en feu.

    Il jouit, toujours planté en moi, il s’écroule sur moi. Je l’emprisonne de mes bras et mes jambes tandis que mon orgasme finit de m’envahir.

    Wahouu ! J’y crois pas ! (2)

    A suivre ...

     000330.

    Wahouu ! J’y crois pas ! (3)

    Wahouu ! J’y crois pas ! (1)

     

    aucun commentaire
  • Je l’emprisonne de mes bras et mes jambes tandis que mon orgasme finit de m’envahir.

    Wahouu ! J’y crois pas ! (3)

    En pleine béatitude nous restons ainsi enlacés tendrement un grand moment, hors du temps, profitant jusqu’au bout de l’extase.

     Wahouu ! J’y crois pas ! (3)

    Il m’accompagne dans mon retour sur terre. Me donne de douces caresses.

    Wahouu ! J’y crois pas ! (3)

    Je couvre son visage, son cou, sa bouche de doux baisers.

    Wahouu ! J’y crois pas ! (3)

    Nous sommes bien ainsi.

    Wahouu ! J’y crois pas ! (3)

    Le calme revenu, c’est lui qui m’invite à la douche. Encore, nous nous savonnons l’un l’autre. Nous restons sous le jet à échanger encore des baisers.

    Wahouu ! J’y crois pas !

    Wahouu ! J’y crois pas ! (3)  Wahouu ! J’y crois pas ! (3)

    Les deux, complètements rompus par cette formidable étreinte, nous voici au vestiaire, là encore nous nous séchons mutuellement. Nous avons du mal à nous séparer.

    Wahouu ! J’y crois pas ! (3)

    Wahouu ! J’y crois pas ! (3)  Wahouu ! J’y crois pas ! (3)

    Wahouu ! J’y crois pas !

    Nous sortons ensemble, nous marchons dans la rue, épaule contre épaule, traversons la place, au milieu des passants, nous sommes toujours sur notre nuage.

    Wahouu ! J’y crois pas ! (3)

    Devant l’abri bus, dans une accolade, nous nous embrassons sur les joues puis sur la bouche.

    Wahouu ! J’y crois pas ! (3)

    On se quitte là. Sans promesse.

    Il me faut un moment encore pour reprendre mes esprits avant de rejoindre ma voiture. 

    Wahouu ! J’y crois pas !

    En conclusion :

    Je vais régulièrement dans ce sauna, ce n’est pas toujours que j’y calme mes envie de câlins et de sexe, même si j’y trouve à chaque fois un peu de plaisir.

    Hier cela à été l’apothéose complète. Comme je ne l’avais jamais imaginé.

    Merci à toi (S) qui m’a donné, sans retenue, cet extraordinaire moment.

    Mon souhait le plus profond et de te retrouver  à ma prochaine visite dans ce lieu.

    Fin .

    NB : Je précise que dans nos ébats nous avons utilisé des préservatifs.

    N'oubliez pas : Je me protège , je te protège ; tu te protèges  , tu me protèges.

    000331.

    Wahouu ! J’y crois pas ! (1)

    Wahouu ! J’y crois pas ! (2)

     

    aucun commentaire
  • Ne pas oublier ...

    Ne pas oublier ...

    Ne pas oublier ...  Ne pas oublier ...

    Ne pas oublier ...  Ne pas oublier ...

    Ne pas oublier ...  Ne pas oublier ...

    Ne pas oublier ...

    Ne pas oublier ...

    Ne pas oublier ...

    Ne pas oublier ...

    Ne pas oublier ... Ne pas oublier ...

    Ne pas oublier ...  Ne pas oublier ...

    000327.

    aucun commentaire
  • Aux beaux jours : on sort pour le sport .

    Hors salle ...

    Hors salle ...  Hors salle ...

    Hors salle ...

    Hors salle ...  Hors salle ...

    Hors salle ...  Hors salle ...

    Hors salle ...  Hors salle ...

    Hors salle ...  Hors salle ...

    Hors salle ...

    000325.

    aucun commentaire
  • .

    Chaud le balcon ...

    Chaud le balcon ...  Chaud le balcon ...

    Chaud le balcon ...

    Chaud le balcon ...   Chaud le balcon ...

    Chaud le balcon ...

    Chaud le balcon ...  Chaud le balcon ...

    Chaud le balcon ...

    Chaud le balcon ...  Chaud le balcon ...

    Chaud le balcon ...

    Chaud le balcon ...  Chaud le balcon ...

    Chaud le balcon ...

    Chaud le balcon ...

    Merci à :

    Chaud le balcon ...

    000323.

    aucun commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires